Histoire

   
Blason de la famille de  Saint-Romain-
Valmordane
  ACCUEIL
   

  Le territoire situé entre le Rhône et les montagnes de Cévennes a été occupé par un peuple d’origine ligure, les Helviens, d’où le premier nom du Vivarais, l’Helvie. Ce nom dérive de celui attribué à ce pays par les romains : pagus Helvorium.

         Une grande part de l’histoire de Saint-Barthélemy-le-Plain s’explique par l’existence d’un sentier muletier permettant de joindre, en longeant la vallée du Doux, le « Rivage » du Rhône aux plateaux du Vivarais et du Velay. Cette ancienne draille celtique a servi de voie d’échange entre le comptoir massaliote de Mysos situé à la confluence du Doux et du Rhône et les hauts plateaux intérieurs.

         La première mention écrite de Saint-Barthélemy-le-Plain se trouve dans le « Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Chaffre du Monastier », abbaye située entre le mont Mézenc et Le Puy. Cet acte, daté d’avril 974, est relatif à la donation de deux manses de la «villa Planis» à l’Abbaye de Saint-Chaffre. Villa Planis est donc le premier nom connu de ce territoire.

         Au XIe siècle la famille de Saint-Romain fait construire sur un éperon rocheux dominant les gorges du Doux et le Valmordane, un petit ensemble castral comprenant un donjon carré. Ce château fort prendra le nom de château de Saint-Romain puis de château de Mordane. Gerenton de Saint-Romain est cité comme témoin dans le « Cartulaire de l’Abbaye Saint-Barnard de Romans » en 1083. A cette date, né au château de Saint-Romain,  son fils, Guigues de Saint-Romain qui deviendra « Guigues le Chartreux ». Guigues succède en effet à Saint Bruno, comme cinquième Prieur de la Grande Chartreuse en 1109. Il fut le rédacteur des « Coutumes de la Chartreuse » qui sont les règles écrites de toutes les chartreuses.

En 1291 un descendant de Gerenton, Jarenton de Saint-Romain joua un rôle important dans l’implantation de la justice royale en Vivarais, en cédant au roi de France Philippe IV le Bel, une partie des terres du mandement de Saint-Romain. C’est sur ce territoire de franc-alleu  que fut implanté le bailliage du Haut-Vivarais à Boucieu-le-Roi. Les Saint-Romain en deviennent alors coseigneurs avec le roi de France.

         La seigneurie de Saint-Romain-Valmordane, faute de descendants directs, passe à la famille de Rolland-de-la-Bastide en 1368. Cette famille prend le nom de La Bastide-Saint-Romain et conserve cette terre et la coseigneurie de Boucieu pendant un siècle. A nouveau sans descendant, Guillaume de la Bastide de Saint-Romain cède en 1470 la seigneurie de Saint-Romain-Valmordane et la coseigneurie de Boucieu à des parents, la famille Fay-d’Etables, dont le cadet Briand prend le nom de Fay-Saint-Romain. La famille de Fay-Saint-Romain, passée à la Réforme vers 1560, a pris une part active aux guerres civiles en Vivarais.

Après une période troublée, la seigneurie de Saint-Romain-Valmordane et la coseigneurie de Boucieu sont achetées en 1633 par Pierre-Henri du Bessé. Sa petite fille, Anne du Bessé, èpouse en 1659 Just-François Gabriel de Clavières, seigneur de Martinas. La famille de Clavières prendra le titre de seigneur de Saint-Romain, Saint-Barthélemy, Valmordane et Boucieu et conservera les terres de Saint-Romain jusqu’à la Révolution.